Verdi, Wagner et Mozart, plus deux chorégraphes français

La répétition du ballet La Belle au Bois Dormant sur la scène du théâtre du Bolchoï. Crédit : PhotoXPress

La répétition du ballet La Belle au Bois Dormant sur la scène du théâtre du Bolchoï. Crédit : PhotoXPress

La direction du Théâtre du Bolchoï a présenté jeudi son programme pour la saison prochaine : sept nouvelles productions, dont quatre opéras et trois ballets.

Davantage de vedettes internationales, et – on l’espère – moins de scandales. Des grands classiques réclamés depuis longtemps par le public (Cosi fan Tutte, Don Carlo, Der fliegende Holländer), des grands noms de la danse, mais point d’aventures contemporaines. Le Bolchoï confirme la ligne conservatrice énoncée l’année dernière. La direction d’Anatoli Iksanov, marquée ces dernières années par quelques scandales retentissants (détournements de fonds, agression contre Filine et éviction de Tsiskaridze), veut flatter les goûts conservateurs du public moscovite, et faire le moins de vagues possible.

La 238ème saison du théâtre lyrique va démarrer le 17 septembre prochain. Elle verra passer de nombreuses troupes étrangères réputées pendant les tournées à l’étranger du Bolchoï. M. Iksanov a promis de ramener sur la scène historique les deux plus grandes stars lyriques russes de la décennie : Anna Netrebko et Dmitri Khvorostovski, que le public réclame depuis longtemps. Dans quels spectacles ? Il faudra encore patienter pour le savoir.

L’axe franco-russe sera particulièrement actif la saison prochaine en matière chorégraphique. Du 21 au 24 septembre, la troupe de l’Opéra de Paris dansera le ballet pantomime Paquita, une espagnolade signée Pierre Lacotte. Le chorégraphe français reviendra en novembre pour faire danser cette fois le ballet du Bolchoï sur Marco Spada, ou la Fille du bandit, un ballet sur une musique d’Auber, « la plus brillante personnification du génie musical français », selon Ernest Reyer. Fée dépoussiérante du grand répertoire français, Pierre Lacotte présentera une nouvelle rédaction d’un spectacle recréé spécialement pour Rudolf Noureev par l’Opéra de Rome en 1981. M. Iksanov a souligné que la nouvelle rédaction était nécessaire pour tenir compte de la taille du Bolchoï, qui aura d’autre part des droits exclusifs pour cinq ans sur ce spectacle.  

En toute fin de saison, en juillet 2014, ce sera au tour du chorégraphe hexagonal Jean-Christophe Maillot de présenter sa Mégère apprivoisée, spécialement créé pour la troupe du Bolchoï. Le théâtre verra aussi passer le ballet royal du Royaume-Uni avec Manon, Raven Girl et Danse à grande vitesse. L’Américain John Neumeier créera en mars 2014 sa Dame aux camélias à Moscou, un spectacle qui sera indubitablement l’un des moments forts de la saison. Dernier mot sur la danse : Anatoli Iksanov a annoncé le retour imminent de l’enfant prodige Alexeï Ratmanski parti à New York au grand dam des amateurs éclairés.

Le double centenaire de la naissance de Richard Wagner et de Giuseppe Verdi sert de prétexte au Bolchoï pour monter deux œuvres clés du répertoire. Der fliegende Holländer, dans une mise en scène de l’Allemand Peter Konwitschny en coproduction avec l’opéra national de Bavière. Le plateau sera largement international, comprenant aussi des chanteurs de la troupe du Bolchoï. Don Carlo, de Verdi, bénéficiera aussi de grandes voix internationales sous la direction du metteur en scène britannique Adrian Noble. L’opéra sera donné dans sa version italienne, c'est-à-dire la plus longue, et non dans la version française habituellement donnée. Les mozartiens se réjouiront d’avoir droit à un Cosi fan tutte mis en scène par le tout jeune hollandais Floris Visser. Ce sera certainement le spectacle le plus innovant de la saison, avec peut-être Mavra de Stravinsky, unique opéra du 20ème siècle monté cette année par le Bolchoï. Pour l’avant-garde, allez voir la concurrence !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.