Une œuvre d'art sème la peur à la Galerie Trétiakov

Selon un représentant de la Galerie Trétiakov, il y avait eu quelques cas où les visiteurs se sont plaints de l’œuvre qu’ils ont associé à un cadavre. Source : page Facebook d'Arseniy Zhilyaev

Selon un représentant de la Galerie Trétiakov, il y avait eu quelques cas où les visiteurs se sont plaints de l’œuvre qu’ils ont associé à un cadavre. Source : page Facebook d'Arseniy Zhilyaev

Le mercredi 3 avril, la Galerie Trétiakov a retiré de l’exposition du département des nouveaux courants artistiques le travail de l’artiste Arsseni Jiliaev le « Rêveur », représentant la figure d’un ouvrier endormi allongé sur le sol. Il y aurait eu des plaintes de visiteurs qui se seraient évanouis en voyant la sculpture.

« Mon travail s’appelle le ‘Rêveur’ ou the ‘Dreamer’, et il représente une sculpture théâtrale d’un travailleur endormi qui s’est assoupi après 15 heures de travail. C’est une installation théâtrale, vous pouvez trouver à peu près le même type d’œuvres dans n’importe quel musée du monde. Pour comprendre mon travail, vous pouvez lire la fameuse histoire où un ouvrier d’un atelier par le remaniement des images Ivan Chtchegolev s’est évanoui par manque de sommeil après 15 heures de travail, et à ce moment là, il a pris conscience de la nécessité de changements radicaux. En conséquence, il est devenu l’un des héros d'une révolte, et les sculptures des travailleurs endormis décorent presque chaque lieu de travail dans le monde socialiste », a raconté Arsseni Jiliaev à Gazeta.ru.  

Selon Jiliaev, l’ordre d’enlèvement de l’œuvre a été signé par la directrice de la galerie, Irina Lebedeva.

Le service de presse de la Galerie Trétiakov a confirmé à Lenta.ru que l’on avait effectivement retiré l’œuvre d’art de l’exposition « Documents et monuments » ; on a cependant communiqué que ce changement était prévu. Néanmoins, l’exposition qui avait ouvert ses portes en avril 2012, devait être présentée sous sa forme actuelle jusqu’à la fin août 2013.

Dans un commentaire à Lenta.ru, le directeur du département des nouveaux courants de la Galerie Trétiakov, Kirill Svetliakov a déclaré que depuis la mise en place de l’exposition, il y avait eu quelques cas (deux ou trois) où les visiteurs (il y s’agit principalement de femmes âgées) se sont plaints de l’œuvre qu’ils ont associé à un cadavre. Selon Svetliakov, dans le livre blanc de l’exposition, il y a une plainte qui parle de dégradation morale. Un visiteur s’est senti mal à cause de l’œuvre de Jiliaev. Il n’est pas précisé s’il s'est évanoui ou non.

« Nous ne devons pas faire à la Galerie Trétiakov ce que l’on peut faire dans d’autres endroits, où se déplace un public ciblé lié à l’art contemporain. Nous avons des objectifs complètement différents. Notre mission consiste à recenser l’art contemporain et à le montrer dans le format d’un musée classique. Je me fixe toujours la mission de présenter l’art contemporain sous une forme plus traditionnelle, plus classique pour que cela soit plus compréhensible à tous, pour que ça devienne une partie de l’histoire de l’art. C’est mon choix. Depuis le début, j’ai dit à Svetliakov que l’installation de cet exposant n’était pas judicieuse, et qu’il ne doit pas être ainsi à la Galerie Trétiakov », a indiqué la directrice de la Galerie Trétiakov, Irina Lebedeva à Gazeta.ru.            

« Toute cette histoire me semble assez absurde. Figurez-vous de quoi cela a l’air pour une personne extérieure à l’affaire : « la Galerie Trétiakov se débarrasse d'une sculpture effrayante », « on a emporté l’ouvrier créateur de la Galerie Trétiakov les pieds en avant », « le fantôme du prolétaire du futur inspire de l’horreur aux visiteurs ». En cela, l’accessoire du musée entre dans le rôle de la sculpture effrayante. La situation même où le directeur de l’institution de manière unilatérale fait irruption de dans une autre exposition me paraît être un comportement irrespectueux envers le travail de son subordonné, mais aussi envers les artistes et les spectateurs », pense Arsseni Jiliaev.

Arsseni Jiliaev a reçu le prix Innovation en 2010 et aussi Soratnik-2010 et 2012. Ses expositions personnelles ont été présentées à la Galerie Trétiakov, la galerie Ridjina, et il s’expose au Garage, MMOMA (musée d'Art moderne de Moscou), et à la 3e biennale moscovite de l’art jeune.

Sources : Gazeta.ru, Lenta.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies