Un demi million d'euros pour le cinéma patriotique

Ce projet d’éducation patriotique des Russes est mené en collaboration avec le ministère de l’Enseignement et le Kremlin. Crédit : Lori/Legion Media

Ce projet d’éducation patriotique des Russes est mené en collaboration avec le ministère de l’Enseignement et le Kremlin. Crédit : Lori/Legion Media

Le ministère de la culture va financer dix documentaires à caractère « patriotique »... qui risquent de ne jamais passer à la télévision.

Le ministère de la Culture a commandé le tournage de dix documentaires consacrés aux problèmes de la société russe actuelle. Le département a déjà fixé les thèmes : « au service de l’État comme principe de vie », « les mouvements volontaires », « la lutte contre l’extrémisme, le terrorisme et la criminalité », « la lutte contre l’alcoolisme et la dépendance aux drogues », « la langue russe » et d’autres encore.

Ce projet d’éducation patriotique des Russes est mené en collaboration avec le ministère de l’Enseignement et le Kremlin.

« Nous voulons soutenir les réalisateurs russes de documentaires et pour cela, obliger les Russes à réfléchir aux valeurs communes à tout le pays », a expliqué un représentant du ministère de la Culture au journal Izvestia, en rappelant que Vladimir Poutine en avait déjà parlé dans son message à l’Assemblée fédérale.

Chaque documentaire, peu importe le temps qu’il dure, recevra de 1,2 à 2,4 millions de roubles (soit environ de 30.000 à 60.000 euros). En tout, le ministère dépensera 17 millions de roubles (soit 420.000 euros) dans ce projet.

Le vice-président du comité pour la culture de la Douma d’État et réalisateur Vladimir Bortko est plutôt sceptique quant à cette initiative du ministère de la Culture. Il pense que ces films commandés par le ministère seront utiles non pas pour les Russes, mais pour les réalisateurs de cinéma documentaire.

« Il me semble que personne ne regarde ce genre de films. Cela vaut-il la peine de donner tout cet argent à ces réalisateurs qui eux-mêmes définissent ce qu’il faut tourner », explique Bortko.

Le tournage de ces films devrait être achevé l’année prochaine. On ne sait pas encore où seront montrés les chefs-d’œuvre commandés par le ministère. Roman Karmen, directeur du Fonds de soutien au cinéma non-fiction, doute que ces films arrivent un jour sur le petit écran.

« La télévision possède ses propres producteurs. De plus, il n’existe pas de réelle demande chez les utilisateurs de la télévision pour ce genre de films, c’est plutôt un genre destiné à un festival, s’inquiète Karmen. Nous essayons d’intéresser les Russes dans le cinéma non-fiction, mais jusqu’à présent, ce n’est pas une réussite. »

Le ministère de la Culture organise régulièrement des concours pour les réalisateurs débutants. Mais, d’habitude, il leur propose de tourner des films de fiction. L’année dernière, le ministère avait consacré presque 200 millions de roubles (environ 5 millions d’euros) pour le tournage de sept films sur des thèmes comme « une comédie lyrique sur la fin des rêves d’enfants », « un drame social sur les relations entre les différentes nationalités dans une mégapole russe moderne » et « l’adaptation cinématographique d’œuvres littéraires nationales de la deuxième moitié du XXe siècle ». Jusqu’à présent, les résultats de ce concours n’ont pas encore été présentés au grand public.

Paru sur le site d'Izvestia le 28 mars 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies