Train vers l’est : un arrêt de deux minutes sur la ligne du transsibérien

Crédit photo : Artem Zagorodnov

Crédit photo : Artem Zagorodnov

Hier, nous nous sommes lancés dans un trek de 2 000 kilomètres entre les villes de l’Extrême-Orient de Tchita et Khabarovsk.

Depuis des siècles, cet itinéraire manquait d’une réelle route. Tout cela a changé, lorsque Poutine a annoncé que l’autoroute transsibérienne serait complétée en 2010 et a lui-même roulé sur la nouvelle portion de route dans une Lada Kalina.

Chaque fois que nous passions sur une partie de route un peu cahoteuse ou accidentée, l’équipe faisait immédiatement remarquer : « Poutine n’est pas passé par ici ». Dans l’ensemble, cependant, il n’y a eu que peu de plaintes.

Le matin, nous avons encore visité quelques écoles avant d’arriver dans le village d’Ouroucha pour prendre à 14h le stop du train des organisateurs vers Khabarovsk. C’était notre « cible mobile » du jour, et nous avons réussi à récolter le tampon nécessaire des organisateurs pendant un arrêt de deux minutes.

Nous poursuivons notre route interminable vers Khabarovsk. Nous prévoyons d’arriver demain, je l’espère.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies