Russie-Hollande : tant à partager

C'est à l'Hermitage-Amsterdam que s'ouvrira l'année croisée Russie-Pays-Bas. Crédit : Lori/Legion Media

C'est à l'Hermitage-Amsterdam que s'ouvrira l'année croisée Russie-Pays-Bas. Crédit : Lori/Legion Media

Après la France, l'Italie, l'Espagne et l'Allemagne, c'est au tour des Pays-Bas d'amorcer une année croisée avec la Russie. Après une inauguration en mars aux Pays-Bas, une série d'événements liés à la Russie s'y poursuivra jusqu'en août. En Russie, le programme débutera en mai et se terminera en novembre.

« Cette année croisée est d’une très grande importance, non seulement pour les relations culturelles, mais aussi pour les liens économiques et politiques des deux pays », affirme Sjeng Scheijen, coordinateur hollandais de l'Année croisée. Mikhaïl Chvydkoï, représentant spécial du Président de la Fédération de Russie pour la coopération culturelle internationale, lui fait écho : « Je suis certain que, en plus de représenter une excellente opportunité pour le renforcement de la coopération économique entre nos deux pays, ce qui est sans doute l'une des priorités de cette année croisée, cet événement permettra aussi aux deux nations de mieux comprendre le caractère et la culture de l'autre ».

Economie

C'est dans le domaine économique que le réseau d'échanges se révèle le plus étoffé. Des événements allant de la marine et la défense à l'agriculture de la pomme de terre et l'énergie durable ponctueront l'année dans les deux pays et réuniront acteurs privés et gouvernementaux. Un forum et des rencontres consacrées au marché russo-hollandais marqueront l'inauguration de l'année croisée aux Pays-Bas. Pays invité au Forum international juridique à Saint-Pétersbourg en mai, la Hollande y sera représentée par son ministre de la Justice. Le traditionnel Forum économique international qui se tient également à Saint-Pétersbourg au mois de juin accueillera une délégation des Pays-Bas menée par le Premier ministre.

Beaux-Arts

La collaboration entre les musées avait déjà atteint un sommet en 2009 avec l'ouverture d'une filiale du musée de l'Hermitage à Amsterdam. A l'époque, le bâtiment avait été vendu pour un euro symbolique par la mairie de la ville et sa restauration, assurée par des fonds privés mobilisés par l'Hermitage. Depuis, des milliers de visiteurs y ont découvert des œuvres issues des fonds de l'Hermitage, notamment des peintres impressionnistes dont les tableaux sont rares dans les musées hollandais. C'est à l'Hermitage-Amsterdam que s'ouvrira l'année croisée Russie-Pays-Bas avec l'exposition : Pierre le Grand, un tsar inspiré. De la peinture à la joaillerie, des documents aux armes anciennes et artefacts historiques, l'exposition dressera un portrait de ce tsar peu conventionnel dont on connaît l'admiration pour la Hollande.

Trois autres curiosités sont à ne pas manquer dans les musées hollandais cette année : les expositions Grands changements : révolutions dans la peinture russe de 1895 à 1917 au Bonnefantenmseum de Maastricht, Le mythe soviétique au Drents Museum Assen et Lissitsky - Kabakov : utopie et réalité au Van Abbemuseum à Eindhoven. A elles trois, ces expositions parviennent à faire une synthèse d'un siècle d'art russe et soviétique, de l'époque des premières révolutions artistiques du début du XXe siècle avec Malevitch, Kandinsky et El Lissitzky, au sots-art et l'art conceptuel des années 1970-90 d'Ilya Kabakov en passant par la création officielle de l'époque staliniste.

}

En Russie, l'exposition des œuvres abstraites de Piet Mondrian, co-réalisée par le Gemeentemuseum de La Haye, la Galerie Tretiakov à Moscou et le Musée russe de Saint-Pétersbourg, ouvrira le 20 septembre à Moscou, tandis que le Musée de l'Hermitage accueillera une exposition des portraits de groupe hollandais du XVIIIe siècle, unique en son genre.

Concerts et spectacles

Les échanges, côté musique, sont moins nombreux, mais les événements restent d'une qualité exceptionnelle ; par ailleurs, le programme pourrait s'étoffer au cours de l'année au fur et à mesure des bouclages de financement des projets. Déjà, le 1er février, le théâtre de Stanislavsky présentera l'opéra de Tchaïkovsky Eugène Onéguine au Théâtre Carré à Amsterdam. L'orchestre de Théâtre Mariinsky se produira sous la baguette de Valery Guerguiev à Rotterdam en septembre, tandis que Youri Bashmet avec son ensemble de solistes de Moscou se rendra à Amsterdam. L'excellent Amsterdam Baroque Orchestra se fera le héraut de la musique baroque en Russie au mois d'octobre, notamment au festival Early Music à Saint-Pétersbourg. 

Si Valery Guergiev dirige régulièrement le Royal Concertgebouw Orchestra, celui-ci, pourtant réputé l'un des meilleurs orchestres au monde, ne s'est pas produit en Russie depuis 25 ans, autant dire une génération ! L'orchestre fera son grand retour à Moscou et à Saint-Pétersbourg en novembre, et c'est là probablement l'événement le plus marquant de l'année croisée. Enfin, l'Orchestre philharmonique de Rotterdam signera le dernier événement de l'année croisée avec deux concerts au Théâtre Mariinsky les 24 et 25 novembre.

Au théâtre, plusieurs troupes hollandaises se confronteront cette année à Tchekhov et à Dostoïevsky. A l'opéra, De Nederlandse Oper reprendra la mise en scène de Laurent Pelly de L'amour de trois oranges de Stravinsky. En Russie, c'est la troupe du Het Nationale Ballet qui défendra les couleurs de la culture hollandaise sur la scène du Théâtre Mariinsky début juillet. 

Site officiel de l'Année croisée Russie-Pays-Bas (disponible en anglais) : www.nlrf2013.nl

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.