Le cinéma russe à l'honneur dans la capitale

Cinémas Elysée Lincoln, les 5 Caumartins et les 7 Parnassiens, Paris

Le réalisateur russe Sergueï Loban, reconnu pour son film Dust en 2005 est de retour à Paris pour un des films les plus loufoques jamais parus, le Shapito Show.

Aux antipodes de ce qui peut se faire à Hollywood, Loban reprend des thèmes somme toute classiques – l'amour, l'amitié, respect et association – qu'il fait se juxtaposer au travers des histoires dramatiques de quatre personnages.

Assez simpliste, aux goûts parfois dérangeants, parfois franchement tordus, le film dégage néanmoins une certaine poésie grâce à des scènes dont l'esthétique a été étudié avec soin et un enchevêtrement des thèmes à travers les personnages.

Le spectateur ne peut être qu'intrigué et curieux face à un univers à des années lumières de ce que nous connaissons. Le scénario est une marque de l'inventivité de Marina Potapova, qui avait déjà fait celui de Dust et le talent du réalisateur ne vient que le subjuguer.

S'enchainent des scènes d'une beauté sans égal et des scènes pour le moins ridicules, le tout donnant naissance à cette perle – unique – du cinéma.

Avis aux curieux : vous ne serez pas déçus !

Les deux parties du film sont projetées dans trois cinémas de la capitale, ainsi qu'à Strasbourg, jusqu'au 22 juillet avant de tenter de conquérir d'autres villes de l'hexagone.

Pour plus d'informations vous pouvez visiter allocine ainsi que les sites des cinémas :

Elysée Lincoln

Les 5 Caumartins

Les 7 Parnassiens

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.