Sharapova 2.0 : les jeunes sportifs russes à la veille de grandes victoires

Photoshot / Vostock-Photo
La victoire de Sofya Zhuk dans le tournoi junior de Wimbledon a de nouveau attiré l’attention des spécialistes et des supporters sur la nouvelle génération de sportifs russes, prêts à faire exploser prochainement le circuit mondial. RBTH évoque les prétendants aux lauriers de Maria Sharapova.

Sofya Zhuk

Aucune tenniswoman de talent russe ne peut échapper à la comparaison avec Maria Sharapova, mais dans le cas de Sofya Zhuk, le parallèle est encore plus convaincant. Après sa victoire au tournoi de Wimbledon junior en 2015, la jeune fille de 15 ans a attiré l’attention de nombreux spécialistes, non seulement par son athlétisme et son impressionnant revers à deux mains, mais également par sa ressemblance extérieure avec la star du tennis russe.

Comme Sharapova, Zhuk a fait parler d’elle très tôt : à neuf ans, elle remporte son premier tournoi junior, à 12 ans elle rejoint l’académie de tennis de la célèbre belge Justine Henin. Les contrats ont suivi, avec IMG, Reebok, Wilson, puis la finale du prestigieux tournoi junior américain Eddie Herr Championships. À 13 ans, elle avait déjà commencé à apparaitre dans des tournois adultes, et intégré le top 1000 mondial féminin.

Sharapova a remporté son premier tournoi du Grand Chelem à l’âge de 17 ans, devenant la première russe de l’histoire à triompher à Wimbledon. Pour rééditer les exploits de son illustre compatriote, Sofya a encore beaucoup de temps. D’autant plus que Zhuk a laissé de l’avance à Maria dès le départ : Sofia s’est attelée au tennis relativement tard, à l’âge de six ans, après avoir passé deux ans à pratiquer la gymnastique artistique.

« J’aime gagner, mais aucune de mes victoires ne peut se comparer avec la toute première, raconte Sofya dans une interview au journal russe PROSport. C’était lors d’un tournoi à Tver. J’ai perdu le premier set, gagné le second et je menais dans le troisième, mais j’ai ensuite dû me relâcher, car je n’ai même pas remarqué que le score de 5:3 en ma faveur s’était transformé en un 6:5 pour mon adversaire. Je n’oublierai sans doute jamais le dernier jeu de ce match. Il y avait tout : des cris, des larmes, des chutes, mais j’ai quand même gagné. Quand on me demande ce que m’apporte le tennis, je me remémore toujours ces émotions, et aussi que grâce au tennis, je peux voyager dans le monde entier. Je m’ennuierais en restant toujours au même endroit, la vie tranquille, ce n’est pas fait pour moi. »

Anna Blinkova

Anna Blinkova, adversaire de Sofya Zhuk dans la finale 100% russe du Wimbledon junior, est restée dans l’ombre de sa compatriote plus chanceuse. Ce n’est pas entièrement mérité : le palmarès de la jeune fille de 16 ans native de Pavlovski Possad, dans la région de Moscou, compte déjà huit victoires dans des tournois ITF Junior. Et en quart de finale de Wimbledon, c’est bien elle qui joua l’un des matchs les plus spectaculaires du tournoi, remportant le set décisif contre l’américaine Tornado Alicia Black sur un score de 12-10.

Crédit : Imago / Legion Media

Tout de suite après la finale, Anna a reconnu dans une interview au journal Sport-Express que son échec en finale était lié au fait qu’elle n’avait jamais joué sur d’aussi grands terrains que le court n°1 de Wimbledon. « J’étais un peu désorientée : le vacarme des tribunes, tout cet espace. Je ne sentais tout simplement pas les distances quand je frappais la balle… et j’ai aussi simplement été dépassée par sa [Sofya Zhuk] vitesse. »

À la différence de Zhuk, qui vit en Belgique, Anna s’entraîne à Moscou, sur les courts de l’Université russe d’Etat de culture physique. Elle considère que son idole est Serena Williams. La sportive prévoit dans un futur proche de participer à l’US Open Junior. Peut-être que les courts de Flushing Meadows lui porteront davantage chance, car c’est précisément le dur qu’Anna considère comme son style de terrain préféré.

Anastasia Potapova

Crédit : OneGlobal Sports Management 

Le tableau de chasse de la jeune (14 ans) Anastasia Potapova fera hausser le sourcil à plus d’un expert renommé : à l’active de la native de Saratov, dans la région de la Volga, figurent des victoires aux tournois Eddie Herr International et Orange Bowl dans la catégorie des moins de 14 ans, ainsi que lors de l’un des plus célèbres tournois jeunes, Les Petits As, dans la ville de Tarbes, en France. Aujourd’hui, Potapova occupe la 54ème place au classement ITF Junior. Le fait qu’aucune autre jeune fille née en 2001 ne soit présente dans le top 100 ne fait que souligner le potentiel de la sportive.

Cette jeune fille, qui affiche une impressionnante confiance en elle malgré son jeune âge, donne entre deux tournois interview sur interview aux journaux russes, qui lui prédisent la gloire de Maria Sharapova. Anastasia elle-même n’est pas contre ce genre de perspective. « [J’aime] la façon dont elle joue, son style, sa manière, son attitude. Ce style de jeu offensif, rapide, c’est le tennis que je pratique », fait remarquer Potapova dans une interview à championat.com

Anastasia, qui s’entraîne à l’académie de tennis Alexandre Ostrovsky de Khimki, dans la banlieue de Moscou, est de plus en plus à l’aise sur terre battue. Cependant, son entraîneuse, Irina Doronina, voit pour elle d’autres perspectives d’avenir. « Bien que Nastia rêve d’une victoire à Roland Garros, les terrains rapides, en dur, conviennent tout de même mieux à son style de jeu, cite le journal Sport-Express. Le paradoxe à l’heure actuelle est qu’elle a remporté la majorité de ses titres significatifs sur terre battue, mais à un âge si jeune, cela ne présage de rien ».

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.