Ces mots d’origine étrangère ayant connu une seconde vie dans la langue russe

Sputnik/Yuriy Somov, TonySt/Wikipedia
Certains mots venant d'autres langues ont effectué d'incroyables voyages vers la Russie et y perdurent à présent, parfois avec des significations radicalement différentes. C'est ainsi que des palais se changent en remises, et des insultes en attaques cérébrales.

Toujourka (veston court), français

« Тужурка » est le nom pour un veston de soirée arrivant à la taille. En Russie impériale, tous les nobles étaient obligés de servir l’État et beaucoup se dirigeaient donc vers l’armée. Après leur démobilisation, ils conservaient cependant leurs uniformes et vêtements militaires. Facile à porter, les vestons de ce type sont ainsi devenus des habits du quotidien, c’est pourquoi ce mot est dérivé du français « toujours » (de tous les jours).

>>> Pourquoi la langue russe est-elle si difficile?

Divan (canapé), turc

En langue perse, « dīvān » signifie « registre », notamment celui des actes administratifs des représentants perses, turcs et arabes. Avec le temps, ce terme en est venu à désigner le bureau où ces documents étaient établis, mais aussi à décrire, plus largement, l’« administration ». Dans la tradition orientale, les membres de ce genre de congrégations restaient souvent longtemps assis sur de long et bas canapés recouverts de coussins. À travers l’histoire, les Russes ayant grandement commercé avec les Turcs et Arabes, le mot « диван » est donc devenu le nom du « canapé ».

Galstouk (cravate), allemand

Dans la plupart des langues européennes, le mot servant à désigner une cravate est dérivé du français, tirant lui-même ses origines de « corvat », nom donné en croate aux soldats qui portaient cet accessoire dans leur uniforme traditionnel. En Russie cependant, ce sont les mots allemand « halstuch » et néerlandais « halsdoek » qui ont primé pour donner naissance à « галстук ».

>>> Quatre «langues» hybrides dérivées du russe

Vimpel (flamme (type de pavillon marin)), Chtourman (navigateur), néerlandais

Le mot « wimpel » (вымпел en russe – vympel), utilisé aux Pays-Bas pour désigner les pavillons marins, est entré dans la langue russe au milieu du XVIIIe siècle après le séjour de Pierre le Grand aux Pays-Bas et l’adoption ultérieure de nombreux termes marins, qui n’existaient pas en Russie, puisque l’empire ne disposait auparavant pas de flotte. « Stuurman » (штурман en russe – chtourman) est un autre exemple de ces emprunts.

Insoult (attaque cérébrale), anglais

En anglais, le mot « insult » provient du verbe latin « insultare », signifiant « sauter ». Avec le temps, son sens s’est élargi pour désigner « attaquer verbalement, insulter », et il est ainsi présent sous cette forme dans différentes langues, dont le français. Dans le lexique médical russe cependant, le terme « инсульт » préserve sa signification originale d’« attaque ».

>>> Trucs et astuces pour optimiser votre apprentissage de la langue russe

Saraï (remise), perse

En perse, le mot « saraï » signifie « palais ». La capitale de la Horde d’or, tribu dominante lors du joug tataro-mongol en Russie, portait également ce nom. Ironiquement, en russe, ce terme (сарай) a perdu de son prestige puisqu’il désigne aujourd’hui une simple remise, par exemple une cabane à la datcha servant à entreposer les outils de jardinage.

Dans cet autre article, nous vous présentons douze mots russes sonnant français mais ayant pourtant un sens totalement différent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies