Ce que pensent les Russes de l’intégration de mots étrangers dans leur langue

Alexander Rodchenko, Freepik

Deux tiers des Russes (68%) considèrent que le jargon et les emprunts d’autres langues que l’on intègre dans celle de Pouchkine nuisent à cette dernière, révèlent les résultats d’une enquête réalisée par le Centre national d'étude de l'opinion publique (VTsIOM). Seuls 23% des personnes interrogées jugent que ce genre d’emprunts ne fait qu’enrichir la langue.

27% des sondés pensent par ailleurs que la langue reflète la situation réelle au sein de la société et doit se développer indépendamment, sans une quelconque ingérence.

Alors qu’en 2008 61% des Russes considéraient que l’État devait surveiller la pureté de la langue nationale, leur nombre a diminué et aujourd’hui seuls 49% de la population défendent cet avis.

En outre, l’étude a permis de démontrer qu’un tiers (36%) des citoyens de Russie employaient quotidiennement le jargon professionnel, contre 23% en 2008. Un quart des habitants font quant à eux usage dans la vie courante du vocabulaire internet et de celui des réseaux sociaux, contre uniquement 4% en 2008.

L’enquête d’opinion a été menée le 3 mars auprès de 1 600 personnes de plus de 18 ans. La marge d’erreur statistique ne dépasse pas les 2,5%.

Dans cet autre article, nous vous expliquions quelles langues étrangères les Russes maîtrisent.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies