Quatre conseils pour voyager en Russie en toute sécurité

Comment parler aux Russes, gérer les urgences et éviter les soucis. Voici notre guide pour un voyage sûr et reposant dans le plus grand pays du monde.
19 novembre 2016 Kira Egorova

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.En tant que destination de voyage, la Russie suppose de grands trajets et compte peu d’anglophones ou francophones. Assurez-vous d’être prêts si quelque chose devait mal tourner et que vous étiez confronté à la barrière de la langue.

1. Faites le plein d’applications

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.Une bonne idée avant n’importe quel voyage à l’étranger. Pour la Russie, il existe un service payant, WhizzMate, proposant une assistance en Russie 24h/24 et 7 jours sur 7 aux étrangers dans leur langue maternelle, y compris les consultations d’un médecin et d’un avocat, internet et une carte SIM auprès d’un opérateur téléphonique local.

Avec un peu de préparation, il existe d’autre méthodes moins onéreuses, et même gratuites, de recevoir de l’aide : téléchargez une liste de contacts importants sur votre smartphone en cas de perte de votre passeport, préparez les applications Uber et Gett si vous avez besoin de transport, et assurez-vous de toujours disposer de l’application Emergency Phone Numbers (iOSAndroid) : elle peut trouver et appeler les numéros ad hoc en cas d’urgence.

2. Soyez prêt en cas d’urgence

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.Etant donné la difficulté surprenante de l’alphabet russe et le fait que la langue russe contienne toutes sortes de consonnes et voyelles exotiques, mieux vaut avoir avec soi quelqu’un parlant à la fois russe et votre langue maternelle. Mais si vous avez besoin d’assistance médicale et qu’aucun interprète ne se trouve à l’horizon, il est recommandé d’avoir téléchargé une application spéciale pour votre téléphone contenant des phrases utilisables en cas d’urgence.

Par exemple, l’application TripLingo (iOSAndroid) contient des phrases-types en 13 langages, et l’application SpeakEasy Russian (iOSAndroid)  présente une liste d’expressions utiles aussi large que bien organisée.

3. N’économisez pas sur la vodka ou les trains russes

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.Evidemment, en Russie, vous voudrez essayer quelque chose de « vraiment » russe. Mais les traditions russes, la vodka, le bania (sauna russe, ndlr) et les longs voyages en train sont-ils sans danger ? Oui, mais il existe une règle d’or : plus vous dépensez d’argent, meilleur sera le produit et votre expérience. La vodka bas de gamme vous donnera de vilaines gueules de bois, un bania discount ne vous offrira qu’un service à la soviétique et une décoration déprimante. En ce qui concerne les chemins de fer russes, il existe de nombreux trains avec différentes gammes de prix.

Pour la plupart des voyageurs, il vaudra mieux acheter un billet pour un train à grande vitesse, comme le Sapsan, le Lastochka ou le Strij : ils sont propres, confortables et vous feront gagner du temps. Si vous devez voyager longtemps (plus de six heures), alors mieux vaut acheter des billets de « coupé ». C’est un wagon de seconde classe avec des compartiments de quatre personnes. Ces billets coûtent généralement plus cher que le « platskart », une voiture de troisième classe sans compartiment ni la moindre intimité, mais ils valent largement leur prix.

4. Ne confondez pas hipsters et gopniks

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.Sans entrer dans les détails, un gopnik est une personne d’un milieu défavorisé qui, souvent, ne déborde pas d’amour pour les autres, surtout les étrangers et les fameux hipsters. Ils sont souvent pauvres, jeunes, peu éduqués, agressifs, et ont des métiers mal payés et sans qualifications. Ils se livrent parfois à la criminalité, et il existe un risque de se faire voler ou attaquer si vous les rencontrez.

Cependant, on trouve en général les gopniks dans les banlieues des grandes villes, et ils ne sont pas souvent présents dans le centre. Evitez donc de vous rendre dans des quartiers éloignés et les banlieues à moins d’avoir une bonne raison pour cela. Si vous devez vous rendre en banlieue, prévoyez votre déplacement pendant la journée et restez dans les rues fréquentées. Si vous voyez un gopnik, évitez de croiser son regard : ils n’hésitant pas à approcher les étrangers.

Crédit : Alena Repkina.Crédit : Alena Repkina.Bien que la Russie soit célèbre pour sa culture et son hospitalité, la façon la plus simple, et parfois la seule, de le découvrir est de parler russe. Malheureusement, la majorité des Russes adultes ne parlent pas anglais. Mais Dieu soit loué, il y a les hipsters ! Les jeunes gens de 20 à 30 ans sont ouverts à la culture occidentale et ont affûté leur anglais en regardant des séries télévisées américaines ou britanniques.

Il n’est pas difficile de rencontrer des hipsters dans les grandes villes comme Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk. La meilleure et la plus sûre des méthodes pour demander son chemin est de trouver une jeune personne portant des lunettes originales, ayant les bras recouverts de tatouages ou arborant une barbe extravagante. Vous pouvez aussi trouver des hipsters sur Tinder, AirBnB ou le bon vieux Couchsurfing, selon, bien sûr, ce que vous recherchez.
 

Lire aussi : 

Visas pour la Russie : tout ce que vous avez toujours voulu savoir

Cinq choses qui manquent aux étrangers après un voyage en Russie

Attentes vs réalité : la réputation des villes russes est-elle méritée ?

+
Suivez-nous sur Facebook