RBTH RBTH RBTH RBTH RBTH RBTH RBTH RBTH RBTH
L'« Art de mains » de Svetlana Kolossova Maxim Souraïev, un blogueur de l'espace

La vieille Crimée

During its existence, the Crimean Khanate was Russia's fiercest enemy. The conquest of the Crimea (a peninsula on the northern coast of the Black Sea, which now belongs to Ukraine) became possible as a result of the conclusion of peace between Russia and Turkey in 1774. On April 8, 1783, Catherine II issued a manifesto on the annexation of Crimea in which she swore to protect and defend the people of the Crimea, and their property, faith, and places of worship.
Faites défiler vers le bas pour voir plus

www.crimea.cc

Au cours de son existence, le Khanat de Crimée était l’ennemi le plus féroce de la Russie. La conquête de la Crimée (une péninsule sur la côte septentrionale de la mer Noire, qui appartient aujourd'hui à l'Ukraine) est devenue possible suite à la conclusion de la paix entre la Russie et la Turquie en 1774. Le 8 avril 1783, Catherine II a publié un manifeste sur l'annexion de la Crimée, dans laquelle elle s’engageait à protéger et à défendre les habitants de Crimée, leurs biens, leur foi et leurs lieux de culte.
After Russia's annexation of the Crimea, Catherine II began to carve it up among her associates. There were no decent roads, and the soil was different to the fertile black earth that landlords in central Russia were accustomed to. The first estates began to spring up around Sudak. By the late 18th century the trip from Moscow or St Petersburg took about two weeks, with all retinue in tow: cooks, governesses, peasant musicians.

www.crimea.cc

Après l'annexion de la Crimée par la Russie, Catherine II se mit à distribuer des terres à ses associés. Il n'y avait pas de routes décentes, et le sol était différent de la terre noire fertile à laquelle les propriétaires terriens du centre de la Russie étaient habitués. Les premiers domaines ont commencé à surgir autour de Soudak. Vers la fin du 18e siècle, le voyage de Moscou ou Saint-Pétersbourg prenait environ deux semaines avec toute la suite: cuisiniers, gouvernantes, paysans musiciens.
Until the 1820s, the South Coast had barely been developed. Construction there began in earnest with the arrival of Prince Mikhail Vorontsov, who acquired several estates and the famous palace at Alupka. In the wake of Vorontsov, other noble families started to do up and beautify their Crimean estates.

www.crimea.cc

Jusqu'aux années 1820, la côte Sud avait à peine été développée. La construction n'y a vraiment commencé qu’avec l'arrivée du prince Mikhaïl Vorontsov, qui a acquis plusieurs propriétés et le célèbre palais d’Aloupka. Dans le sillage de Vorontsov, d'autres familles nobles ont commencé à faire de même et à embellir leurs domaines de Crimée.
Where did the name "velvet season" come from? When the heat abates in August - early September, the grapes ripen and the well-heeled public makes it way to Crimea, dressed in velvet. That's one version. The second is that the term comes from "velvet books" — the official registry of genealogies of the Russian nobility.

www.crimea.cc

D’où vient le terme «saison de velours»? Lorsque la chaleur s'apaise en août - début septembre, les raisins mûrissent et le public nanti se dirige vers la Crimée, habillé de velours. C'est une version. La seconde est que le terme vient des "livres de velours" - le registre officiel mentionnant la généalogie de la noblesse russe.
Eventually, even the royal family took up residence in the Crimea. In 1825, Tsar Alexander I bought an estate in Oreanda. Construction of the antique-style palace was subsequently completed under Nicholas I, but the royal family’s stay there was short-lived due to the outbreak of the Crimean War.

www.crimea.cc

Finalement, même la famille royale s'installa en Crimée. En 1825, le tsar Alexandre Ier acheta une propriété à Oreanda. La construction du palais de style ancien a ensuite été accomplie sous Nicolas Ier, mais le séjour de la famille royale y fut de courte durée en raison du début de la guerre de Crimée.
The events of the Crimean War made the Crimea a heroic land and part of Russian history. Further interest in the region was fueled by the return of the imperial personages, and in due course Livadia Palace became the royal residence. 1875 saw the construction of the Lozovo-Sevastopol railway, which finally joined the Crimea to Moscow.

www.crimea.cc

Les événements de la guerre de Crimée en on fait une terre héroïque et une partie de l'histoire russe. Un intérêt supplémentaire pour la région a été alimenté par le retour de personnages impériaux, et le moment voulu le Palais de Livadia devint résidence royale. 1875 a vu la construction du chemin de fer Lozovo-Sébastopol, qui a finalement connecté la Crimée à Moscou.
Yalta was also developing rapidly. "Furnished rooms" did not become members of the imperial entourage, for which reason private quarters and entire dachas were leased out. Demand always outstripped supply. At the height of summer, cabs, laundry services, and grapes were at a premium.

www.crimea.cc

Yalta était également en plein développement. "Les Chambres meublées" ne sont pas devenues membres de l'entourage impérial, raison pour laquelle des logements privés et des datchas entières étaient loués. La demande était toujours supérieure à l'offre. Au plus fort de l'été, les taxis, les services de blanchisserie et le raisin étaient une denrée rare.
"While resident at Livadia, Alexander II was very visible on the streets of Yalta, be it on foot or horseback. He would be out for hours, with no security," recalled an old-timer in Yalta. The South Coast was also a favorite haunt of Alexander III and his family.

www.crimea.cc

« Pendant qu’il était que résident à Livadia, on pouvait souvent voir Alexandre II dans les rues de Yalta, que ce soit à pied ou à cheval. Il sortait pendant des heures, sans aucune escorte », se rappelait un habitué de Yalta. La côte sud est aussi le lieu de prédilection d'Alexandre III et de sa famille.
The Crimea truly began to turn into the "Russian Riviera" in the second half of the 19th century. "Russian" because "Russian resorts were always situated in border areas and formed a paradoxical mix of leisure and military facilities." Up until about 1850, vacationers in the Crimea were mostly prominent figures, and the journey was perhaps akin to today's extreme tours to a geyser in far-off Kamchatka.

www.crimea.cc

La Crimée a véritablement commencé à se transformer en «Riviera russe» durant la seconde moitié du 19e siècle. « Russe » parce que les « stations balnéaires russes ont toujours été situées dans les zones frontalières et formaient un mélange paradoxal de sites de loisirs et d’installations militaires ». Jusque vers 1850, les vacanciers en Crimée étaient pour la plupart des figures de premier plan, et le voyage était peut-être apparenté aux circuits de l’extrême d'aujourd'hui, qui permettent de voir les geysers du lointain Kamchatka.
At the turn of the 20th century, an outbreak of tuberculosis swept across Russia. The only place where sea, sun, and air baths were available was the South Coast. Many of those treated in the Crimea were mortally ill. Thus, an unsettling contrast could be felt between the carefree, affluent pleasure seekers and the sick looking for a miracle cure.

www.crimea.cc

Au tournant du 20e siècle, une épidémie de tuberculose a balayé la Russie. Le seul endroit où la mer, le soleil et les bains d'air étaient disponibles était la côte sud. Beaucoup de ceux qui étaient soignés en Crimée étaient mortellement malades. Ainsi, un contraste troublant se faisait sentir entre les riches et insouciants chercheurs de plaisir, et les malades à la recherche d'un remède miracle.
Nicholas II and his wife Alexandra usually traveled to the Crimea by train, and then by sea aboard special imperial yachts. The famous yacht Standart was a genuine masterpiece. The largest yacht in the world, it was also fast — a veritable ocean-going vessel. Nicholas II's summer was "sporty": swimming in the sea, tennis, hiking, and horse-riding.

www.crimea.cc

Nicolas II et sa femme Alexandra se rendaient généralement en Crimée en train, puis par la mer à bord de yachts impériaux spéciaux. Le célèbre yacht Standart était un véritable chef-d'œuvre. Plus grand yacht du monde, il était également rapide - un véritable navire océanique. L’été de Nicolas II était «sportif»: nage dans la mer, tennis, randonnée et équitation étaient au programme.
Nicholas loved Livadia, the new palace made of white stone built in 1911, the Crimean scenery, and the sea. He once said: "I wish I could stay here forever." After his abdication in 1917, he asked Kerensky for permission for him and his family to settle permanently at Livadia, but was refused.

www.crimea.cc

Nicolas II aimait Livadia, le nouveau palais de pierre blanche construit en 1911, le paysage de Crimée et la mer. Il a dit une fois: « J’aimerais pouvoir rester ici pour toujours ». Après son abdication en 1917, il a demandé à Kerenski la permission pour lui et sa famille de s'installer définitivement à Livadia, mais cela lui fut refusé.
After the Revolution Crimea had changed, but it remained the most popular Russian resort. In 1954, Nikita Khruschev initiated a decree transferring the Crimean Oblast to the Ukrainian SSR. With the collapse of the Soviet Union, Crimea became part of the newly independent Ukraine. Even now many Russians remember those times when Crimea was a part of Russia with a bittersweet nostalgia.

www.crimea.cc

Après la Révolution, la Crimée a changé, mais elle est restée la plus populaire des stations balnéaires russes. En 1954, Nikita Khrouchtchev a publié un décret transférant l'oblast de Crimée à la République soviétique d'Ukraine. Avec l'effondrement de l'Union soviétique, la Crimée est devenue une partie de l'Ukraine nouvellement indépendante. Même maintenant, de nombreux Russes se souviennent avec une nostalgie à la fois douce et amère du temps où la Crimée faisait partie dela Russie.
15 avril 2013
Tags: voyages, ukraine

En savoir plus

 Haut de page