La Moldavie et la Bulgarie se tournent vers Moscou

La Moldavie et la Bulgarie ont élu le 13 novembre leurs présidents. Les résultats étaient prévisibles : la victoire est revenue aux candidats de l’opposition, sceptiques vis-à-vis de l’intégration européenne et favorables à de bonnes relations avec Moscou. Toutefois, les experts russes ne s’attendent pas à de grands changements, étant donné que les pouvoirs des présidents des deux pays sont limités.
La Moldavie et la Bulgarie se tournent vers Moscou.
Deux pays d’Europe orientale ont élu des présidents favorables à de bonnes relations avec la Russie. Crédit : Reuters

Cette première élection au suffrage universel depuis vingt ans en Moldavie a été remportée haut la main par le candidat du Parti des socialistes moldaves, Igor Dodon, considéré comme un candidat pro-russe. À l’issue du second tour, il a totalisé 55% des suffrages contre 45% pour sa rivale pro-européenne, Maia Sandu, a annoncé la Commission électorale centrale du pays.

Maia Sandu était la candidate unique de l’alliance des forces pro-européennes qui préconise des relations plus étroites entre la Moldavie et l’UE et prône l’union de la Moldavie et de la Roumanie au sein d’un même État. Avant même le dépouillement de l’ensemble du scrutin Igor Dodon a annoncé sa victoire et a remercié ses partisans. La coalition de l’opposition a dénoncé des fraudes et a appelé ses partisans à descendre dans les rues en signe de protestation.

Le premier déplacement à l’étranger sera une visite en Russie

Igor Dodon. Crédit : APIgor Dodon. Crédit : AP

Igor Dodon possède une grande expérience politique. Il a fait un long chemin, en commençant comme député pour accéder au poste de vice-premier ministre. Il a prôné à plusieurs reprises l’amélioration des relations entre la Moldavie et la Russie et entretient des relations avec l’élite politique russe.

S’il est élu président, a-t-il déclaré dans une interview à l’agence TASS, son premier déplacement à l’étranger sera une visite en Russie pour « examiner les questions relatives à l’amitié, à la coopération et au règlement du conflit en Transnistrie »

En octobre dernier, Igor Dodon a annoncé qu’il avait l’intention, en cas d’arrivée au pouvoir, de convoquer un référendum visant à réviser l’accord d’association avec l’UE qui, à son avis, a été signé à la va-vite.

Il faut noter que la Moldavie est une république parlementaire et non présidentielle, ce qui signifie qu’Igor Dodon n’aura pas d’influence décisive sur la politique du pays. Les partisans du nouveau président ne bénéficient pas de la majorité au parlement moldave pour défendre ses initiatives, fait remarquer Sergueï Outkine, chef du département d’études stratégiques et d’analyse situationnelle à l’Académie russe des sciences.

Selon lui, la victoire de Dodon témoigne « moins d’un intérêt pour la Russie que d’une déception face aux résultats de l’orientation vers les institutions euro-atlantiques ».

Le problème de la Transnistrie

Concernant le problème de la Crimée, crucial pour la politique russe, Igor Dodon a plus d’une fois défendu la position officielle de Moscou. D’après lui, la situation entourant la Crimée justifie la nécessité d’entamer des négociations politiques avec la république autoproclamée de Transnistrie. Il s’est déclaré prêt à proposer à cette dernière une large autonomie au sein d’une fédération moldave.

Vladimir Jarikhine, chef adjoint de l’Institut des pays de la CEI, estime que l’arrivée d’Igor Dodon pourrait constituer le point de départ de changements dans le statut de la Transnistrie. « Pourquoi la Transnistrie s’est-elle détachée ? Il ne s’agit ni de politique, ni d’une question ethnique. Le problème était de savoir si la Moldavie allait se rattacher à la Roumanie », a-t-il expliqué.

Pour lui, l’élection d’Igor Dodon signifie le renoncement à la politique d’unification avec la Roumanie, le nouveau président évoquant la fédéralisation du pays.

La Bulgarie vote en faveur de la Russie

Roumen Radev. Crédit : ReutersRoumen Radev. Crédit : Reuters

Un autre pays est-européen, la Bulgarie, a lui aussi élu un président pro-russe : le candidat du Parti socialiste Roumen Radev, ancien général de l’aviation, qui, tout comme Igor Dodon en Moldavie, a plaidé pour un rapprochement avec Moscou et pour la levée des sanctions infligées à la Russie. Roumen Radev a totalisé 59,4% des voix. « Être membre de l’UE et de l’Otan ne signifie pas que la Bulgarie doive être un ennemi de la Russie », a-t-il indiqué.

Vladimir Jarikhine estime que l’élection d’Igor Dodon et de Roumen Radev, tout comme l’élection de Donald Trump aux États-Unis et le Brexit s’inscrivent dans la même logique et prouvent que les électeurs sont fatigués de la politique « de mondialisation libérale ».

Le texte est publié en version abrégée. Le texte intégral en russe est disponiblesur le site de Gazeta.ru

Lire aussi :

Bataille pour la Moldavie

Les véritables raisons du voyage à Berlin de Vladimir Poutine

Brexit : quatre conséquences potentielles pour l’économie russe

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook