Le premier entretien officiel entre Poutine et Trump (Actualisation)

28 janvier 2017 Maria Sokolovskaïa
Le président russe, Vladimir Poutine, a eu samedi soir une conversation téléphonique avec son homologue américain, Donald Trump.
Quiz Trump or Putin
Crédit : Reuters; Rbth

Le premier entretien téléphonique officiel entre les présidents russe et américain, Vladimir Poutine et Donald Trump, a duré près de 45 minutes. Les dirigeants ont passé en revue un large éventail de questions d’ordre international et bilatéral, dont la lutte antiterroriste, la non-prolifération nucléaire, la situation au Proche-Orient, le conflit arabo-israélien et la situation en Ukraine, précise le service de presse du Kremlin dans un communiqué.

MM. Poutine et Trump ont en outre abordé la situation sur la péninsule de Corée et le programme nucléaire iranien.

Les présidents se sont en outre montrés prêts à œuvrer pour la stabilisation et le développement de la coopération entre la Russie et les États-Unis sur la scène internationale, précise la source.

Les deux dirigeants ont par ailleurs convenu de maintenir des contacts réguliers et ont chargé leurs administrations de fixer une date et un lieu pour leur première rencontre bilatérale. 

« Un signal positif »

La conversation téléphonique entre les deux présidents semble avoir remis du sens dans le dialogue entre les deux États, a déclaré aux journalistes Konstantin Kossatchev, président du Comité des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

« D’une manière ou d’une autre, la présente conversation devait remettre du sens et du contenu dans le dialogue entre les deux États. Apparemment, c’est ce qui s’est passé, a-t-il indiqué, avant de souligner que les deux présidents avient passé en revue pratiquement tout l’ordre du jour des relations bilatérales ».

L’entente de coordonner les efforts pour venir à bout de Daech est le principal acquis de cette conversation téléphonique, considère Leonid Sloutski, président du comité de la Douma (chambre basse du parlement russe, ndlr) pour les affaires étrangères. « Sans pathétique excessive, c’est ce qu’attend des interactions russo-américaines l’ensemble du monde raisonnable », a-t-il estimé.  

Pour lui, les négociations sur la mise en place d’une vaste coalition antiterroriste en Syrie devraient constituer la prochaine démarche. Et de rappeler, que c’est encore en 2015 que Vladimir Poutine avait appelé à sa formation depuis la tribune de l’Assemblée générale de l’Onu.

Cité par l'agence TASS, M. Sloutski a en outre pointé l’importance du redressement des relations économiques entre les deux pays et la coopération entre les milieux d’affaires. « C’est un signal positif aux investisseurs ainsi qu'aux perspectives du retablissement des relations entre nos deux pays », a-t-il conclu.  

Lire aussi:

L’Amérique de Trump rencontre la Russie de Poutine

Le phénomène Trump au crible des experts russes

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook