Yuko Hasegawa, curatrice de la Biennale d'art contemporain de Moscou

24 janvier 2017 Oleg Krasnov
Yuko Hasegawa
Yuko Hasegawa. Crédit : Artyom Geodakyan / TASS

Le curateur de la septième édition de la Biennale d’art contemporain de Moscou a été annoncé le 23 janvier : c’est Yuko Hasegawa, conservatrice en chef au Musée métropolitain d'Art contemporain de Tokyo, connue pour ses projets en Asie, en Europe et en Amérique.

Zelfira Tregoulova, membre du conseil d’experts de la Biennale et directrice de la Galerie Tretiakov, s’est félicitée de cette nomination : « Un Japonais est simplement incapable de faire une mauvaise exposition ».

Ce sera le premier projet d’exposition en Russie pour Yuko Hasegawa. « Dans le cadre de négociations au sujet de la Biennale, je suis venue trois fois à Moscou et à Saint-Pétersbourg, mais je n’ai pas encore eu le temps de me faire une idée du pays. J’ai visité à l’Ermitage une exposition de Jan Fabre et j’ai été émue par cette combinaison du classique et du moderne. Je ne connais presque par les artistes russes et je vais commencer à étudier le monde artistique local pour présenter les meilleures œuvres à l’exposition », a-t-elle indiqué.

Elle a ajouté qu’elle tenait toujours compte dans son activité du contexte des lieux en essayant d’apporter quelque chose de nouveau : « Les visiteurs aiment remarquer des détails surprenants dans un cadre habituel ».

Projet « Forêts-nuages »

« Les forêts sont l’image de la recherche par les hommes de leurs racines et de sentiments nouveaux. L’espace nuages symbolise Internet où les hommes communiquent et échangent, toujours à la recherche de leur identité. C’est entre la forêt et le nuage que se forment de nouveaux sens et que sont créées de nouvelles œuvres », a précisé Yuko Hasegawa.

La septième édition de la Biennale internationale d’art contemporain de Moscou démarrera le 15 septembre dans la capitale de Russie. Le projet principal sera présenté, comme l’année passée, dans la salle du Manège, au pied du mur du Kremlin.

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Lire aussi :

En quête d’espace, le musée Pouchkine lorgne sur le sous-sol

Dix musées étrangers consacrés aux grands écrivains russes

Entre fascination et déception: la Révolution et son art

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook