Un colonel russe tué à Alep

7 décembre 2016 Igor Rozine
officer syria
Rouslan Galitski. Crédit : GTRK Buryatia

Le colonel Rouslan Galitski a succombé à ses blessures en Syrie, a annoncé mercredi le ministère russe de la Défense.

Le militaire est décédé à l’hôpital des suites de graves blessures subies lors d’un tir d’artillerie perpétré à Alep-Ouest par « des rebelles de l’opposition ». Les médecins russes ont lutté pendant plusieurs jours pour sa vie, mais en vain. Rouslan Galitski a été décoré à titre posthume, précise la source.

Selon les informations officielles du ministère de la Défense, le nombre de militaires russes tués dans l’opération en Syrie s’élève désormais à 23.

En outre, le ministère avait fait savoir lundi qu’un hôpital de campagne avait été la cible de bombardements dans une zone d’Alep sous contrôle gouvernemental. Deux infirmières russes, Nadejda Douratchenko et Galina Mikhaïlova, ont été tuées.

Le ministère a alors précisé que les tirs avaient été effectués par des combattants de l’opposition syrienne qui possédaient les coordonnées exactes de l’hôpital. Moscou a exigé de punir de façon « proportionnée » les « commanditaires et exécutants » des tirs et a exhorté la communauté internationale à condamner le crime.

Selon le département militaire russe, l’armée syrienne soutenue par les milices populaires a repris à ce jour le contrôle de 70% d’Alep-Est, quartiers occupés par des groupes extrémistes, dont le Front al-Nosra (organisation terroriste interdite en Russie). Environ 100 000 personnes ont été libérées depuis le début de l’opération dans la ville. Au cours des dernières 24 heures, environ 3 000 rebelles se sont joints au cessez-le-feu et ont déposé les armes.

Comme le précisent les médias, les troupes gouvernementales avancent actuellement en profondeur de la Vieille ville en libérant chaque jour de nouveaux quartiers. La ligne de désengagement passera par la citadelle d'Alep, forteresse médiévale bâtie sur la colline surplombant le centre-ville. Les militaires espèrent diviser le cœur historique d’Alep en deux sections, encercler les bases des terroristes et contraindre ces derniers à la capitulation.

 Sources : RBC Daily, Interfax, TASS

Lire aussi :

Les contradictions entre la Russie et l’Occident sont-elles solubles dans le dialogue?

Assad, provoquera-t-il une nouvelle confrontation entre Moscou et Ankara en Syrie?

Pourquoi le porte-avion russe passe à l’action contre Daech

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook