La Russie créera de nouveaux missiles Iskander après 2020

17 avril 2017 Nikolaï Litovkine
Le système de missiles sera équipé d’un nouveau moyen de guidage. Selon les experts, la première série sera déployée dans la région de Kaliningrad. Objectif : réduire à néant la menace du bouclier anti-missiles américain déployé en Pologne et en Roumanie.
 Iskander M
Des Iskander-M lors d'une préparation au défilé militaire du 9 mai. Crédit : Reuters

Sergueï Chemezov, directeur général de la société d’État Rostech a annoncé la création au cours des dix prochaines années d’une version améliorée du système de missiles tactiques Iskander-M.

La version actuelle du système peut détruire des cibles situées à une distance de 500 km à l’aide de missiles balistiques et de croisière, y compris porteurs de têtes nucléaires.

Les modifications concerneront en premier lieu le système de guidage, considère Dmitri Litovkine, analyste militaire pour le journal Izvestia.

« Aujourd’hui, les constructeurs d’armes dans le monde entier travaillent sur des systèmes de lutte radioélectronique capables "d’éteindre" un missile ou de le faire dévier de sa trajectoire. C’est donc le système de guidage du missile qui sera amélioré en premier lieu, ainsi que sa sécurité contre les dernières techniques de lutte radioélectronique », considère l’expert.

Les analystes considèrent que malgré le développement des contre-mesures électroniques et des batteries antimissiles, la probabilité d’abattre en vol les missiles Iskander-M est infime.

« Bien sûr il est impossible d’affirmer à 100% qu’il est impossible d’abattre un de ces missiles, mais l’efficacité de systèmes comme le Patriot américain reste très faible », a déclaré à RBTH le général-colonel Viktor Essine, consultant auprès du commandement des missiles stratégiques.

Cependant, Mikhaïl Khodarionok, ancien rédacteur en chef de la revue VPK, ne partage pas ce point de vue. Pour lui, il convient de souligner le fait que le système n’a pas encore subi son baptême du feu.

« On peut passer des heures à discuter pour tenter de savoir quel système peut contrer le Iskander-M et quel système en est incapable. En Russie, nous aimons assurer que c’est une arme unique, sans égal, mais on ne sait pas trop sur quoi sont basées ces déclarations ».

Il fait également remarquer que les Etats-Unis développent en ce moment leur propre système de missiles tactiques « LRPF », qui ne le cèdera en rien à l’Iskander-M russe, et pourrait même le surpasser.

Où sera-t-il déployé ?

Cette version modernisée de l’Iskander-M sera chargée de remplacer ses prédécesseurs vieillissants à l’endroit où ils sont actuellement déployés. À l’heure actuelle, ils se trouvent dans le District militaire Nord-Ouest, près de Saint-Pétersbourg et de Kaliningrad, ainsi qu’au sud de la Russie et dans l’Extrême-Orient.

L’année dernière, le déploiement de ces missiles dans la région de Kaliningrad avait entraîné une nouvelle escalade verbale entre la Russie et l’Otan. Elle avait en particulier entraîné l’achat par la Pologne de systèmes antimissiles américains Patriot.

Cependant, les experts russes ne considèrent pas que les forces en présence à la frontière entre la Russie et l’Europe aient changé de façon significative.

Lire aussi : 

Cinq questions sur le chasseur russe de cinquième génération T-50

La marine russe reçoit le sous-marin le plus puissant de son histoire

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook