Fin décembre 2012, le général-lieutenant Viktor Bondarev, commandant-en-chef de l’armée de l’air russe, a déclaré que les tests des chasseurs de cinquième génération PAK FA seraient lancés par l’État en mars 2013 dans le centre d’essais des forces aériennes dans la ville d’Akhtoubinsk (sud).

« Trois exemplaires subissent actuellement des tests dans la ville de Joukovski, près de Moscou, le quatrième prototype est testé directement dans son usine de production, tandis que le cinquième vient d’être construit et il est actuellement inspecté. En mars, les cinq avions arriveront à Akhtoubinsk pour subir des essais organisés par l’État. Les autres chasseurs de ce type seront transportés à Akhtoubinsk directement de l’usine. D’ici fin 2013, le centre d’essais de la ville accueillera huit T-50 », a précisé le général.

Selon le responsable, les tests des nouveaux avions seront terminés d’ici 2 ou 2,5 ans. En 2015 ou  2016, les T-50 seront mis en service par l’armée de l’air russe.

Le T-50 est équipé d’une avionique dernier cri et d’un radar utilisant antenne à réseau à commande de phase. Le premier vol du chasseur a été organisé le 29 janvier 2010 dans la ville de Komsomolsk-sur-l’Amour. Le 17 août 2011, l’avion a été pour la première fois présenté au public dans le cadre du salon international aérospatial MAKS dans la ville de Joukovski.

La plupart des caractéristiques techniques du T-50 sont tenues au secret, mais les spécialistes analysant les données disponibles, estiment que l’avion russe dépasse ses homologues internationaux en termes de la vitesse (avec et sans postcombustion), de la distance franchissable, de la poussée et de la valeur maximale de surcharge.

Le T-50 est un chasseur monoplace. Sa vitesse maximale se chiffre à 2.600 km/h, la distance franchissable étant de 4.300 km à une altitude de 20 km. Possédant une masse maximale au décollage de 37 tonnes, l’avion peut porter 10 tonnes d’armement, y compris une canon GCh-30-1 de 30 mm, des divers missiles ainsi que des bombes guidées. Le chasseur peut être doté de 8 pylônes extérieurs et de 10 soutes. Au total, plus d’une dizaine de nouvelles armes sont développées actuellement pour le T-50.

Certains experts internationaux considèrent que l’avion russe dépasse ses homologues étrangers. Ainsi, en automne de 2012, les analystes militaires australiens de l’agence Air Power Australia ont comparé le T-50 aux avions américains F-22 Raptor et F-35 Lightning II, concluant que le chasseur russe était supérieur à ses équivalents US dans certaines caractéristiques.

Les formes du T-50 ont été conçues pour minimiser sa signature infrarouge et optique.

L’utilisation de matériaux composites (jusqu’à 70% du revêtement et jusqu’à 40% de l’ensemble de la structure de l’avion) contribue considérablement dans la furtivité du chasseur. Le T-50 est doté de nouveaux radars développés par le centre Tikhomirov, qui, en conjonction de deux ordinateurs de bord, permet au pilote de détecter des cibles à une distance allant jusqu’à 400 km et de suivre simultanément 60 cibles dont 16 il peut attaquer. Les systèmes de guerre électronique et de suppression d’autodetecteurs infrarouges protègent le chasseur des systèmes de DCA, y compris, selon les experts australiens, de ceux utilisés par les USA.

Les analystes ont noté les hautes performances de vol du T-50. Le chasseur russe est doté de deux moteurs de type AL-41F-1A, avec un système de contrôle numérique intégré et la commande du vecteur de poussée. Ces moteurs à haut rendement assurent le rapport poussée/poids exceptionnel, ce qui rend l’avion supérieur en termes de la manoeuvrabilité, du charge utile, du plafond et de la vitesse.

Finalement, le nouveau chasseur russe est doté d’un réservoir de carburant très grand pour ce type d’avion, ce qui lui permet d’effectuer des missions plus longues que les F-22 et F-35, et le donne un rayon d’action supérieur.

Ainsi, le chasseur russe de cinquième génération T-50 PAK FA pourrait évidemment devenir un leader parmi les avions de sa classe.