La Russie en visite à Marseille

Le pavillon de la Russie constitue cette année un point incontournable de la Foire de Marseille. Il est l’illustration de la collaboration entre les entrepreneurs, les artisans et le milieu associatif russophone de la Cité Phocéenne.
Jouets traditionnels en bois. Crédits photo : Eugène Zagrebnov
Jouets traditionnels en bois. Crédits photo : Eugène Zagrebnov
Inaugurée le 24 septembre, la 86e édition de la Foire de Marseille mise sur le développement durable, le bien-être, la mode et évidemment, le shopping. La Russie est à l’honneur, avec son pavillon qui s’est installé à l’entrée principale de la Foire à l’occasion de l’année croisée France-Russie. On y trouve des jouets traditionnels en bois, des ustensiles peints à la main, des bijoux en ambre de la mer Baltique, des chapeaux de fourrure et des châles en laine d’Orenbourg. Certains stands proposent aussi des spécialités culinaires : du caviar, du chocolat et un assortiment de vodkas des différentes régions de la Russie du Nord-Ouest. Les visiteurs pourront également se plonger dans l’ambiance musicale russe grâce aux musiciens du restaurant-cabaret « Matrioshka ». A l’intérieur, un des meilleurs chefs cuisiniers de Saint-Pétersbourg leur propose de déguster du borchtch, traditionnelle soupe de choux et de betteraves, des crêpes russes, et du bœuf Stroganoff.

Fedor Kozlov, le président du Centre de la coopération d’affaires internationales (IBCC) et l’organisateur du pavillon russe, regarde les exposants s’installer d’un œil satisfait. « Cette ambiance de fête russe, on ne connaissait pas cela avant à Marseille. Il y a huit ans, les exposants de Russie étaient éparpillés à travers le Hall « Tour du monde », partageant le pavillon avec d’autres pays étrangers ». Kozlov ne se sent pas dépaysé en France et espère convaincre l’administration de Marseille de tisser des liens plus étroits avec Saint-Pétersbourg, sa ville natale. « C’est grâce aux relations de notre mairie avec les administrations françaises locales que j’ai eu cette idée de faire participer mon entreprise aux foires européennes. L’artisanat russe a de plus en plus de succès en Europe. Et Marseille a un grand potentiel pour travailler avec nous ».

L’exotisme des objets de l’artisanat russe attire des foules de marseillais dans le pavillon. Galina Neroush (sur la photo), qui a voyagé depuis la petite ville de Petchora dans la république des Komis, est devenue une véritable vedette du pavillon grâce aux poupées qu’elle fabrique. Plusieurs d’entre elles ont été achetées par un musée parisien. « J’essaie de rendre le plus fidèlement possible tous les détails concernant les vêtements et le comportement des gens que je voie. Ces poupées, c’est un travail très minutieux» - reconnaît Galina. Les visiteurs français ont eu un coup de cœur pour le personnage de Baba Yaga. « Pas la peine de leur expliquer qui c’est. Ils la connaissent très bien ! », - ajoute Galina en riant. En revanche les matriochkas classiques ne sont plus à la mode. « Mais on se rattrape avec d’autres objets en bois », - raconte une vendeuse d’un autre stand, originaire de Saint-Pétersbourg. D’ici le 4 octobre – date de fermeture de la Foire - tout sera vendu. Les commerçants l’espèrent bien, car le but de leur venue à Marseille, c’est aussi de faire un chiffre d’affaires.

Le Pavillon russe n’existerait pas sans l’aide des associations franco-russes. En guise de remerciement, Kozlov a mis gratuitement plusieurs stands à leur disposition. Tamara Andgouladzé, directrice de l’Association « Alliance franco-russe à Marseille », regrette que les associations ne travaillent pas ensemble. « Les Russes installés à Marseille n’arrivent pas à comprendre que s’ils se réunissent, ils seront plus forts. Quand j’ai enregistré mon association en 1995, les fonctionnaires de la mairie de Marseille ont haussé les épaules : ils n’avaient jamais entendu parler d’une diaspora russe dans le coin. Pourtant, nous étions déjà nombreux à ce moment là (…) La foire est pour nous l’occasion de montrer ce que font les associations franco-russes à Marseille ».

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook