Les meilleurs chefs militaires russes de l’histoire

13 novembre 2016 Oleg Skripnik
C’est à tort que toutes les victoires de l’armée russe sont attribuées à la chance, au froid ou à un grand nombre de combattants. Mais le mythe est tenace. « Vaincre non pas par le nombre, mais grâce au savoir-faire », disait le légendaire généralissime Alexandre Souvorov. Nombre de militaires de notre liste lui auraient donné raison.

La bataille de Smolensk par Piter von Hess. Crédit : RIA NovostiLa bataille de Smolensk par Piter von Hess. Crédit : RIA Novosti

Jusqu’au XVIIIe siècle, les chefs militaires de l’armée russe étaient issus de la noblesse. Le corps d’officiers en tant qu’institution a fait son apparition en Russie sous Pierre le Grand, après qu’une grave défaite sous Narva eut contraint le tsar à moderniser son armée. Sous Catherine II, la gloire des officiers russes a retenti dans toute l'Europe et n’a commencé à décliner qu’au début du XXe siècle.

Les longues années de paix ont fait que les hommes ne devenaient officiers que pour toucher une digne retraite et trouver une place tranquille. Durant la Première Guerre mondiale et la guerre civile, la Russie a perdu un grand nombre de commandants expérimentés. Mais une nouvelle pléiade d’officiers talentueux est née dans les rangs de l’Armée rouge.

Dmitri Khvorostinine (XVIe siècle)

Dmitri Khvorostinine.Dmitri Khvorostinine.

Ce chef militaire qui a vécu à l’époque d’Ivan le Terrible assumait souvent le rôle d’ « urgentiste » : dépêché sur les fronts où la situation était particulièrement critique, il sortait presque toujours vainqueur de toutes les batailles. A peine après avoir tenu tête aux Suédois, il était envoyé dans le sud pour sauver la Russie d’une invasion tatare. A peine après avoir battu les peuples des steppes, il se mettait en route vers les pays baltes pour défendre la Russie contre les Lituaniens.

Lors de la Guerre de Livonie, les armées européennes étaient techniquement mieux équipées, mais Dmitri Khvorostinine leur opposa des raids agressifs de commandos très manœuvrables. L’ambassadeur anglais le qualifiait d’« homme le plus populaire en temps de guerre ». C’est d’ailleurs peut-être pour cette raison que lorsque Dmitri Khvorostinine ne réussit pas à exécuter un ordre d’Ivan le Terrible, celui-ci ne le mit pas à mort. Ce tsar qui dirigeait le pays d’une main de fer le condamna à se vêtir comme une femme et à piler des céréales pour en faire de la farine.

Alexandre Souvorov (1730–1800)

Portrait d'Alexandre Souvorov par Joseph Kreutzinger, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.Portrait d'Alexandre Souvorov par Joseph Kreutzinger, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.

Alexandre Souvorov était considéré auprès de la cour impériale comme un « drôle d’oiseau », un personnage extravagant. La nuit, il pouvait se promener tout nu. Dans les bals, il valsait sans respecter la mesure avec un aide de camp et heurtait sciemment des couples. Enfin, il pouvait venir à un déjeuner en ne portant qu’une seule botte. Mais son comportement ne trompait pas ceux qui connaissait le chef militaire Souvorov. Dans ses mémoires, Louis XVIII le qualifiait d’épée de la Russie, de fléau des Turcs et de terreur des Polonais. Cruel dans ses emportements, intrépide de nature, « c’était la copie d’Attila », écrivait le roi de France.

Alexandre Souvorov est sans doute le meilleur chef militaire russe : il n’a perdu aucune de ses 63 batailles. Il combattait des ennemis plus forts en nombre, mais sortait toujours vainqueur. Son « cheval de bataille », c’était l’offensive, il misait sur l’impétuosité des attaques et sur la responsabilité des soldats. Adulé par ses hommes, il ne cessait de s’occuper de leur ravitaillement, il leur apprenait à faire preuve d’initiative et de débrouillardise au lieu de les dresser.

En Europe, Souvorov était considéré de son vivant déjà comme un chef militaire génial. Même lord Nelson lui écrivait des lettres d’admiration. Son exploit le plus connu est la traversée des Alpes. A la suite d’intrigues au sein de la coalition antifrançaise en 1799, l’armée russe fut encerclée par les ennemis en Suisse.

Il ne restait plus de vivres ni de munitions, les bottes des soldats étaient complètement usées. Préserver l’armée dans de telles conditions relevait du miracle. Mais Souvorov joua la carte de la surprise. Il emmena ses troupes par des sentiers de montagne enneigés et des lacs gelés. Les Russes réussirent une percée et perdirent moins de soldats que l’armée française qui les avait encerclés.

Michel Barclay de Tolly (1761–1818)

Portrait du comte Michel Barclay de Tolly par George Dawe, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.Portrait du comte Michel Barclay de Tolly par George Dawe, musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg.

Il commandait l’armée russe pendant les Guerres napoléoniennes en 1812. Napoléon voulait défaire rapidement ses ennemis lors d’une bataille à la frontière et imposer de lourdes exigences au tsar russe. En juin 1812, l’armée française disposait d’effectifs plus importants et avait toutes les chances de remporter la victoire. Michel Barclay de Tolly en était clairement conscient. Sacrifiant sa réputation, il commença à se retirer, brûlant derrière lui les villages et les champs de blé.

Cette stratégie se révéla efficace. Au lieu d’une victoire rapide, les Français durent suivre les Russes jusqu’à Moscou. L’armée française souffrait de faim, son arrière était déchiré par les attaques de partisans et de cosaques, l’hiver meurtrier approchait. Toutefois, les aristocrates russes exigeaient de courageuses batailles et non une retraite « honteuse ».

« Ce gredin, ce misérable, ce scélérat de Barclay a cédé une très bonne position », écrivait le général Bagration, d’esprit bagarreur. Au final, le commandement de l’armée fut confié au général Koutouzov. Déprimé face à la haine du peuple, Michel Barclay de Tolly allait se placer exprès sous le feu ennemi. Mais sorti sain et sauf de toutes les opérations, il vécut le triomphe de sa stratégie, vit Napoléon battre en retraite et pris la tête de l’armée en 1813 pour aller libérer l’Europe.

Konstantin Rokossovski (1896–1968)

Konstantin Rokossovski. Crédit : Gregory Vail / RIA NovostiKonstantin Rokossovski. Crédit : Gregory Vail / RIA Novosti

Même trois ans de prison lors des répressions staliniennes ne purent ébranler la fidélité de Konstantin Rokossovski à sa patrie. En 1940, Staline gracia le futur maréchal et un an plus tard, il se félicitait de sa décision. Après la perfide attaque nazie contre l’URSS, les troupes de Konstantin Rokossovski ont été dépêchées sur les secteurs les plus critiques du front. En 1941, la division qu’il commandait a arrêté les chars allemands aux abords de Moscou. En 1942, ses armées encerclaient Stalingrad.

En 1943, il a fait face à la Wehrmacht dans la bataille décisive sur le Saillant de Koursk. Mais son heure de gloire, c’est l’opération Bagration qu’il élabora et dirigea en 1944. A l’issue d’une vaste campagne de désinformation, alors que les nazis s’attendaient à une attaque en Ukraine, l’armée soviétique frappa les positions ennemies en Biélorussie. Le front allemand s’effondra. En l’espace de deux mois, les soldats soviétiques chassèrent les nazis de Biélorussie, de Lituanie et d’Ukraine occidentale, en marchant 600 kilomètres de la Dvina à la Vistule. Les Allemands perdirent quelque 500 000 hommes.

Lire aussi :

La liste Forbes de la Russie tsariste

Comment la Sibérie est devenue russe

Six choses à savoir sur Léon Trotski

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook