La gastronomie française fait son festival en Russie

13 mars 2017 Erwann Pensec
Pour la troisième année consécutive, le festival Goût de France s'apprête à célébrer la gastronomie française à travers le monde entier. 20 restaurants russes se lancent dans l'aventure cette année.
Good France
Crédit : facebook / Goût de France

Le 21 mars, jour du printemps, 2000 restaurants dans 150 pays répartis sur les cinq continents élaboreront un menu spécial, mettant en valeur le savoir-faire culinaire français. La Russie ne fait pas exception puisque 20 établissements, dont 12 à Moscou, régaleront ainsi les papilles de leurs visiteurs.

Organisé par le ministère français des Affaires Étrangères et du Développement international et par le chef Alain Ducasse, cet événement s'inspire de l'initiative d'Auguste Escoffier qui, en 1912, lança ses Dîners d’Épicure, proposant alors un même menu, le même jour, dans plusieurs villes du monde.

Lors de la conférence de presse du festival tenue le vendredi 10 mars à la Résidence de France à Moscou, Monsieur l'Ambassadeur et plusieurs chefs cuisiniers ont exprimé leur amour pour l'art culinaire français.

Jean-Maurice Ripert, Ambassadeur de France en Russie, a ainsi évoqué le rôle majeur que joue la gastronomie dans la diplomatie et l'économie françaises. Il en a d'ailleurs profité pour se féliciter de l'augmentation du nombre de touristes russes se rendant dans l'Hexagone et semblant témoigner d'un intérêt croissant pour la gastronomie locale, notamment pour l’œnologie.

« C'est un événement qui me semble particulièrement bien adapté à la Russie. L'importance du repas, le plaisir qui s'attache à ce moment de convivialité, ce moment familial, est un trait commun me semble-t-il, et j'ai pu m'en rendre compte au cours des trois ans et demi que je viens de passer en Russie. Il suffit de mettre des Russes et des Français autour d'une même table avec de la bonne nourriture, du bon vin, de bons alcools, il n'y a pas besoin d'autre chose pour resserrer notre amitié. Nous aimons les mêmes choses », a t-il déclaré.

Il n'a pas non plus manqué de rappeler l'essor des échanges culinaires entre les deux pays. En effet, non seulement de nombreux chefs russes, désireux de perfectionner leur art, se rendent chaque année en France pour y recevoir l'enseignement des plus grands, mais des Français, acteurs du secteur gastronomique, font aussi le pari de venir s'installer ici, en Russie.

Michel Lentz, chef du bistro français Normandie-Niémen à Moscou, fait partie de ceux qui ont tenté l’aventure. Selon lui, la gastronomie française est très dynamique en Russie, de nombreuses initiatives germent ici et là.

Il a affirmé que la conscience culinaire du pays est d'ailleurs en plein développement et ce, en partie grâce à l'influence française. Cela se traduit, entre autres, par le renouveau des régions du sud de la Russie, terres agricoles des plus fertiles qui semblaient avoir été délaissées pendant un certain temps.

D'après les chefs cuisiniers présents à cette conférence de presse, parmi lesquels se trouvaient notamment Jeremy Uruty et Vitaly Tikhonov, cet essor des productions locales est un phénomène très bénéfique. Ils ont ainsi insisté sur la notion de terroir, revêtant à leurs yeux un caractère quasi sacré. Selon eux, l'enthousiasme des Russes à s'inspirer, sur leur territoire, du savoir-faire français, permettra l’émergence de terroirs locaux qui feront la fierté du pays.

À l'occasion de cet événement, l'Ambassade de France en Russie a par ailleurs imaginé un concours dans lequel les participants ont pour mission de concocter un plat de la cuisine française, et de lui en faire parvenir une photo. L'heureux gagnant sera invité à partager un dîner qui y sera donné le 21 mars à l’ambassade et qui sera préparé par son chef Tomas Sepulveda. Le menu est tenu secret, mais devrait être dévoilé dans les prochains jours. Néanmoins, en réponse à une question qui lui a été posée, le chef a laissé transparaître son goût pour les soupes, froides notamment, de quoi mettre en appétit les plus fins gourmets.

Pour ceux qui n'auront pas la chance de compter parmi les convives, subsiste tout de même la possibilité de déguster les mets les plus délicats dans l'un des restaurants russes participant à ce festival. Le 21 mars, n'hésitez donc pas à pousser les portes du Café Michel à Moscou, de La Taïga à Tioumen, ou encore de la Brasserie bbb à Irkoutsk, pour ne citer qu'eux.

Lire aussi : 

Un « hit » russe venu de France: le gâteau Napoléon

La viande à la française: un plat russe simple et nourrissant

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook