Une nouvelle vie pour l’emblématique librairie russe de Paris

13 novembre 2016 Maria Tchobanov
La Librairie du Globe a été rachetée par Louison Editions.
Librairie du Globe
François Deweer et Natalia Turine. Crédit : Maria Tchobanov

Après avoir traversé de dures épreuves et avoir été menacée de fermeture, la fameuse Librairie du Globe, fondée en 1952 pour promouvoir la littérature soviétique et devenue par la suite un îlot indépendant de culture russe à Paris, a été acquise par la maison Louison Editions.

Fondée en 2015 par la journaliste Natalia Turine, cette maison d’édition se spécialise dans la littérature russe contemporaine.

« L’acquisition du Globe par les Editions Louison est bénéfique pour les deux parties. Elle nous offre l’opportunité de marier l'expérience et la réputation de cette librairie unique, riche de son histoire, avec les ambitions de la jeune maison d'édition qui possède les moyens nécessaires à leur mise en œuvre », affirme Natalia Turine.

François Deweer, à la tête du Globe depuis 2003, conservera son poste à la librairie, mais aura d’autres missions au sein de la direction de Louison Editions au côté de Natalia, qui aspire à la création d’un véritable pôle culturel capable d’attirer un large public, sans se limiter aux connaisseurs de la littérature russe.

Le directeur de la Librairie du Globe affirme que forte de ce soutien, la librairie va reprendre ses activités principales, à savoir proposer un large choix de livres d’auteurs russophones en version originale et traduites en français, des ouvrages consacrés à la thématique russe dans tous les domaines, mais aussi l’organisation d’événements et de rencontres en partenariat avec d’autres maisons d’édition et organismes culturels.

Tous les projets en cours, comme l’édition de l’ouvrage La littérature russe, ruptures et continuité, sont maintenus. Par ailleurs, le rachat de la librairie par la maison d’édition permet de lancer conjointement d’autres projets originaux, comme la création d’un éventail de variations sur les grands thèmes de la littérature russe familiers au public français. Le premier livre de cette collection, à paraître le 8 décembre, proposera aux lecteurs des interprétations libres de plusieurs auteurs français sur le thème de Lolita. Le thème suivant sera probablement La Dame de Pique. 

Un autre projet est le lancement d’un prix visant à éveiller l’intérêt de la presse française envers la littérature russe et à se renforcer l’attention pour le public francophone. Selon Natalia Tiourine, la plupart des événements parisiens dédiés à la littérature russe sont trop russo-russes, tandis que son désir est de fusionner les deux mondes et de créer des événements « convertibles », en dehors des attachements nationaux ou culturels. 

Dans les plans de Louison Editions figure la réédition des livres épuisés, comme par exemples Les enfants de l’Arbat d’Anatoli Rybakov,  introuvable depuis un moment dans les librairies françaises. D’autres œuvres ont besoin d’être retraduites, pénalisées par une traduction poussiéreuse et peu attractive pour le lecteur moderne. L’édition prévoit également de relancer certains grand classiques russes et les auteurs des années 1950–80, comme l’écrivain Fazil Iskander,  très peu traduit en français.

« Cette idée de travailler avec des textes épuisés et de mettre en valeur des textes qui ne sont pas forcément longs, mais qui ont un sens, c’est justement de créer un contexte favorable à une bonne réception des écrivains russes contemporains qui sont ancrés dans leur univers culturel, et aussi de mettre en valeur les textes qui parlent au public francophone d'aujourd’hui. Il me semble qu’il y a un fonds quasiment inépuisable dans la littérature russe classique et du XXe siècle qui ne demande qu’à être retravaillé », explique François Deweer.

Un autre grand volet de l’agenda est la traduction en français depuis différents langues et l'édition d’une série d’illustres personnalités de la culture russe. La sortie de la biographie de Tchekhov de l’auteur britannique Donald Rayfield (Anton Tchekhov, a Life) est prévue à la fin de 2017, celle de Boulgakov par Alexey Varlamov est planifiée pour 2018.

Lire aussi :

Vladimir Sorokine : « En Russie, nous servons l’État depuis des siècles »

« Paradoxalement, il y a un regain d’intérêt pour la Russie depuis qu’elle se referme »

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook