Transsiberian Back to black

12 avril 2017 RBTH
La Librairie du Globe vous invite à la rencontre avec Andreï Doronine, auteur du livre Transsiberian Back to black et le traducteur Thierry Marignac. Le livre va paraître prochainement en français aux éditions la Manufacture de livres dans la collection Zapoï.
19 avril

Des petits contes cruels sur la toxicomanie écrits par un jeune auteur de Saint-Pétersbourg qui fut poussé par sa femme – et la misère concrète du toxico – à décrocher. C’est aussi elle qui a fini par le convaincre de les publier. La résignation existentielle de Transsiberian back to black a séduit toute une génération de lecteurs russes.

Sous cette référence au tube d’Amy Winehouse, douze récits situés dans le Saint-Pétersbourg d’aujourd’hui racontent la vie quotidienne tragi-comique d’un camé. Sans illusion, sans la moindre sentimentalité inutile, ces histoires en grande partie autobiographiques font de la grande ville du nord une métropole anonyme à la beauté lépreuse et dont les palais tant vantés cachent d’innombrables taudis.

Dès le premier chapitre, Dogs, Andreï, le héros, se dégotte un boulot en or, propre à lui assurer sa poudre : chauffeur pour chiens au service d’une clinique vétérinaire. Au gré des situations et de leur dérapage sans contrôle, notre anti-héros trouve des solutions inespérées pour se procurer de l’héroïne.

Dans le chapitre Chaman, Andreï rencontre un dealer plutôt gentil et qui lui fait crédit. Mais qui a une fâcheuse tendance à sauter par la fenêtre quand sa famille avec laquelle il vit lui demande des comptes. La neige amortit les chutes, et Chaman s’en sort d’habitude sans dommages. Sauf le jour où la déneigeuse vient de passer. RIP Chaman.

Plus tard c’est une Ford Mustang qui refuse de démarrer alors qu’un chargement d’héroïne est niché dans la roue de secours. Une patrouille de police, qui n’a jamais vu de Mustang qu’à la télé, offre à Andreï de le sortir de là grâce au mécanicien du commissariat en échange du simple privilège d’un selfie dans la voiture. Devant cette proposition impossible à refuser, le camé laisse la voiture aux policiers.

Mais le chargement était destiné à un important mafieux. Une superbe fille chargée de récupérer l'héroïne est obligée de céder aux avances des policiers sur le banquette arrière de la Mustang pour récupérer la roue de secours et la came. Elle est furieuse et embarque l’héroïne sans rien laisser…etc…Une douzaine de récits, noirs, tragiques et pleins d’humour nous brossent le portrait d’une Russie d’aujourd’hui.

Andreï Doronine, né en 1980, est un ancien toxicomane de Saint-Pétersbourg. Il est marié à Olga Marquez, chanteuse du groupe Oili Aili, célèbre en Russie et en Ukraine. Doronine a parcouru tout le pays pour présenter ses livres, et est considéré comme une importante voix nouvelle de la littérature russe.

Vous pourrez rencontrer l’auteur ainsi que le traducteur du livre, Thierry Marignac, lors d’une discussion en russe et en français autour de l’œuvre.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Début : 19 avril 2017 20:00

Lieu: Librairie du Globe

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook